Les Enquêtes de Simon

Annabel, auteur des Enquêtes de Simon
Annabel    
Après des études en arts plastiques à l'université Jean Monet à Saint-Étienne durant lesquelles elle découvre l'Art nouveau et l'Art déco, qui nourrissent désormais une vraie passion, Annabel débute une carrière dans la musique. Elle chante et s'accompagne à la guitare, s'inspirant directement des artistes qui ont bercé son enfance : Joan Baez, Emmylou Harris, Graeme Allwright, Bob Dylan… Elle enregistre son premier album, Keep Your Mind Changing en 1999 à Saint-Etienne et part en tournée avec le célèbre harmoniciste américain Charlie McCoy (connu en France pour ses apparitions aux côtés d'Eddy Mitchell, c'est un des musiciens les plus enregistrés de la planète). C'est le début de dix ans de collaboration entre les deux artistes, une collaboration qui s'est prolongée récemment par un duo enregistré sur le dernier album de McCoy (2017). Ses spectacles en solo connaissent le même succès, Annabel ayant su mélanger les styles et les passions pour créer un spectacle qui touche toutes les sensibilités. Sans artifice, sa musique est épurée et minimaliste. D'autres albums suivent alors : By My Side en 2004, Just Like a Woman en 2008 enregistrés à Studio Mag à Saint-étienne et Maplewood Tunes en 2011. Elle apparaît aux côtés d'Hugues Aufray, du groupe anglais The Animals, de Graeme Allwright, Michael Jones, Gildas Arzel ou encore Jean-Félix Lalanne. Elle forme également un duo acoustique avec la chanteuse américaine Liane Edwards appelé Women Folk. Ce duo est l'aboutissement du travail d'écriture qu'elles réalisent sur leurs albums respectifs. Le luthier Franck Cheval, probablement le plus grand créateur de guitares acoustiques en France, s'intéresse à cette artiste à la sensibilité et au charme contagieux, et lui propose de créer son propre modèle de guitare, comme il l'avait fait auparavant pour Francis Cabrel, Johnny Hallyday, Diane Tell, et d'autres artistes. Annabel conçoit avec lui un modèle fin, élégant et très féminin qui connaît un beau succès dans la gamme de guitares du luthier. Mais les années passant, Annabel se lasse de la vie sur la route et des aléas de la vie en tournée… En 2010 elle rejoint Paris pour y mener des études de graphisme au terme desquelles elle trouve chez les éditions Voisin-Duchâteau, plus gros éditeur français de magazines musicaux, le moyen de mener de front ses deux passions principales : le graphisme et la musique. Elle est engagée comme directeur artistique et maquettiste pour le magazine Guitare Vintage, le Guide d'Achat Guitarist et bien d'autres encore. Ce retour à une vie plus calme et plus sédentaire lui permet de se consacrer à sa passion pour la lecture et de retrouver dans la quiétude de sa maison de la région parisienne ses auteurs préférés comme Louis-Ferdinand Céline, Victor Hugo, Agatha Christie mais aussi Frédéric Dard et de se passer en boucle ses dialogues préférés par Audiard, ou ses séries-fétiches et sans snobisme : Hercule Poirot et Columbo. Cette passion pour les enquêtes avec costumes mais sans hémoglobine, ces énigmes à la mécanique redoutable et basées sur les déductions et la réflexion la mènent à faire naître Simon, son détective italo-stéphanois, taciturne, amateur de bonne chère et d'argot. En moins de deux ans elle écrit quatre volumes qu'elle expédie chez les éditeurs, sans trop d'illusion mais néanmoins folle d'espoir… Certains retours sont très positif, plusieurs éditeurs se montrent intéressés, une aubaine pour une jeune auteur sans contact, et finalement Annabel choisit de confier ses manuscrits aux éditions Ex Æquo, séduite par le contact qu'elle a eu avec sa fondatrice, Laurence Schwalm. Le premier tome de Simon, Les Plumes, paraît en avril 2017, suivit des Cocottes en juin et sera suivi d'une nouvelle La Boîte à gamberge et de deux autres prêts à être publiés, et, espère-t-elle, de tous ceux qui germent déjà dans une imagination dont la fertilité la surprend elle-même… Peut-être parce que tous ces personnages de Simon sont inspirés du milieu de la nuit qu'elle connaît bien et affectionne particulièrement. Le lecteur retrouvera ainsi au fil des pages des fleurs de pavé, des meneuses de revue, des travestis, des musiciens, des concierges, des tenanciers et matrones, des policiers et des mariniers. Une flopée de personnages authentiques et populaires, qui raviront le lecteur par leurs dialogues ciselés et agrémentés d'argot et de « gaga » stéphanois, qui vous séduiront tant par leur originalité que par leur humanité.